Le reste de mon blog est rempli de mon point de vue personnel. Mais alors ici, c’est bien pire ! J’écris ce qui provient de mon cœur et mon jugement sur le monde. Ma plume sera non-objective, remplie de biais, de mon expérience personnelle, de mes connaissances… Je dirai même que je rature ces lignes pour que vous ne soyez pas en accord avec moi. Jugez mes idées et forgez les vôtres !


J’aurai peut-être dû commencer par cet article, mais rattrapons cela maintenant ! Si nous devons absolument croire en l’existence de Thérapeuthe, alors ceux-ci devraient au moins être politisés. C’est à peu près tout ce que je voulais écrire. Je vais développer un peu plus tout de même.

Sortons un peu du cadre de la Thérapie. La technologie nous a apporté les voitures. Parfois celles-ci tombent en panne, à ce moment un mécano réalisera les réparations. Mais que se passe-t’il si une majorité de voitures du même modèle connaissent la même panne ?(oublions deux minutes l’obsolescence programmée s’il vous plaît) A ce moment nous exigerons que les ingénieurs conçoivent un nouveau modèle sans cette panne.

Nos Esprits sont ces voitures. Alors, quelle est la place des Thérapeuthes dans cette métaphore ? Ce sont les mécaniciens. Iels ont la mission de nous réparer individuellement. 

Pour répondre à l’interrogation de certain.e.s, oui même les Thérapeuthes qui font des séminaires pour le grand public. Iel sont à la rigueur comparable à un garage. Iels auront la capacité de réparer davantage de véhicules en même temps. (souvent avec une perte sur l’efficacité de la réparation indivuelle)

Mais il manque un l’élément fondamental qui les empêche de devenir des Ingénieurs. Beaucoup trop peu des Thérapeuthes cherchent a toucher aux causes des pannes. Je préfère le préciser, je critique le mouvement global, non pas les individus. Un.e Thérapeuthe existe pour soigner, pas pour remettre en question l’organisation humaine. Franchement, je perçois les Thérapeuthes comme des personnes en train d’écoper le Titanique. C’est peut être utile mais il en faudra des Thérapeuthes pour sauver le Titanique; Quelle perte d’énergie !

Bon ok, je vais être plus concrète. Thérapeuthes Untel a ‘appris à soigner’ le burn-out; Mais venir exiger une organisation du travail plus respectueuse, non quand même pas. Très cher Untel sait écouter et soutenir quelqu’un au bord du suicide; Pourtant aller confronter celleux qui abusent, écrasent et étouffent leurs patients, non quand même pas. Untel est dressé pour accompagner les gens à la sortie de l’addiction au tabac ou à l’alcool; Par contre, venir remettre en question la pression à la consommation, non quand même pas. 

Franchement j’ai presque du respect pour notre organisation humaine. Nous avons quand même réussi à instaurer au moins une centaine de milliers de Thérapeuthes? Ceux-ci passent littéralement toute leurs journées à constater que la société détruit de plus en plus de personnes et qu’iels ne seront jamais assez pour tout écoper. Pourtant il n’a existé aucun mouvement d’ampleur pour demander à réparer le Titanic. Imaginez quel impact pourrait avoir une mobilisation de la majorité des Thérapeuthes et de leurs patients… Il y aurait de quoi occasionner des cauchemars à tous les oligarques du monde…

Alors je ne veux pas forcément encourager une révolution populaire. Mais mon rêve reste inchangé, mettre tous les Thérapeuthes au chômage. Clairement cela n’arriverait jamais en poursuivant le fonctionnement actuel. Alors qu’à l’inverse si chaque patient.e.s Lambda et chaque Thérapeuthes Untel viennnent construire le monde de demain de sorte à ce qu’il soit tourné vers le bien être.

En fait, j’ai même l’audace de penser que ce ne sont même pas les Thérapeuthes qui construiront ce monde de demain, mais leurs patient.e.s. Les Thérapeuthes ne sont que le dénominateur commun actuel. C’est grâce à elleux qu’une impulsion nouvelle pourrait toucher chaque patient.e.s.

Chaque Lambda a vécu la maltraitance que propose notre système actuel. Alors si nous arrêtons de considérer que c’est normal (ou de juste s’indigner sans agir concrètement). Les individus pourront par leurs expériences témoigner de chaque malfonctionnement de notre organisation humaine. Ensuite, à travers une réflexion commune nous pourrons organiser le monde de demain. De cette manière chaque traumatisme, violence, souffrance, seront des impulsions pour qu’elles ne se répètent plus.

Si nous ne pouvons pas arrêter les violences actuelles, essayons au moins de ne pas les répéter au futur. Après si vous préférez continuer à écoper sans cesse la même fuite, et entendre des vécus similaires… Je continuerai à vous juger.