Quand nous découvrons l’hypnose nous pouvons avoir certaines conceptions erronées. Souvent nous imaginons l’hypnose comme en opposition avec l’activité physique…Et pourtant ! Personnellement toutes mes séances de sport sont accompagnées d’une bonne dose hypnotique. Car l’esprit peut être le plus grand allié du corps !

Je vais réaliser un petit détour anecdote pour mieux expliquer. Connaissez vous Eddie-Hall ? C’est un athlète et champion du monde dans les compétitions de Strongman. Mais surtout c’est le premier homme à avoir soulevé 500 kg au soulevé de terre. Pour réussir cet exploit, il a réalisé un entraînement des plus sérieux. Entre autres dans son entraînement il a fait appel à un hypnotiste pour retrouver l’état où le corps est mobilisé à 100%. En bref, dans un état de détresse intense, un humain peut dégager une énergie sur-humaine. A ce moment la personne peut soulever des charges intenses. 

Alors dans cet article je ne vais pas chercher cet état extrême. Personnellement, le sport n’est pas mon métier mais uniquement un passe temps récréatif. 

Ici l’hypnose a pour objectif d’être davantage en phase avec l’activité sportive. C’est-à-dire se sentir tellement immergé dans son activité qu’on se sent entraîné de plus en plus profondément. Notre motivation vient s’amplifier; Notre concentration se précise sur la meilleure réalisation de l’activité; Notre force et précision viennent se développer…

De mon côté, j’aime beaucoup les animaux et même les bêtes mythique pour cet exercice. Si je devais résumer l’action hypnotique ce serait : ‘Venez incarner l’être vivant le plus orienté vers l’activité physique souhaitée’

Le premier pas est intuitif, choisissez un exercice physique et trouvez l’animal qui correspondrait le mieux à l’exercice. La logique est votre, de mon côté j’ai pu choisir un gorille pour les tractions ou le kangourou pour le squat. Tant que pour vous cela fait sens que cet animal est fait pour cet exercice.

Ensuite, il est temps de revêtir votre animal comme une deuxième peau. Franchement il n’est pas utile de chercher une ‘fusion’ profonde. Sachez qu’avec le temps vous pourrez vous sentir de plus en plus en lien avec votre animal !

Tout d’abord je commence par prendre 10-20 sec avant le travail physique. Durant ce temps je cherche à me ‘relier’ à l’animal recherché, disons un gorille. 

Je commence alors par venir me représenter ce gorille. Par “se représenter” ce n’est pas forcément visuellement, mais davantage ‘sentir comme si un gorille était présent dans la même pièce que nous’.

Je poursuis alors par faire un avec lui. La recherche ici est surtout de créer une brèche où l’idée est de relier la représentation de votre corps avec celle de l’animal. Personnellement j’aime débuter par modifier ma respiration en cherchant à imiter la manière de respirer d’un gorille. Ensuite c’est le tour du ressenti du corps. Là je viens bouger mes bras, puis le reste de mon corps, en recherchant des sensations comme si c’était le corps du gorille. Par exemple, un ressenti plus lourd, une posture qui se modifie ou une sensation de force peuvent être de bons indicateurs. 

Pour couronner le tout, je cherche à me mettre dans son état d’esprit. Chez moi cela commence par regarder la pièce comme ce gorille. Quand le regard se pose sur quelque chose, les idées vont suivre et c’est là qu’il est utile d’insérer l’idée que ‘je pense comme ce gorille’.

Une fois bien en phase avec l’idée du gorille je peux commencer mes exercices physiques. Chez moi cela se vit comme être focalisé avec l’activité et de se sentir en même temps dans les meilleures dispositions pour le réaliser. A ce moment c’est presque comme si tout mon corps était fait pour cet exercice. 

Sachez que plus vous serez familiarisé.e avec cet exercice et plus il sera instantané d’incarner votre animal. Mais vraiment je considère cet animal comme un compagnon dans mes activités physiques. Au début il est commun qu’il ne soit pas très présent voir un peu distant. Le plus important est juste de sentir qu’il est possible que celui-ci soit plus proche de vous. En répétant les sessions de sport avec cet exercice, tout s’intensifiera. Petit à petit le gorille a été de plus en plus proche et unique. Ce n’était plus juste un gorille mais mon gorille. Il est là pour m’encourager et me conseiller durant chacune de mes sessions de sport.

Et pour vous, ce sera quel animal qui vous aidera dans votre activité physique ? Choisissez ce qui vous vient, créez un lien avec lui puis 1.. 2.. 3.. c’est parti pour 50 pompes comme échauffement !

Pour aller plus loin, il est possible de s’amuser à réaliser une chimère entre plusieurs animaux. Si on reprend mon expérience où je peux incarner un gorille ou un kangourou, je pourrai très bien combiner les pattes du kangourou et les bras du gorille. Pour moi, une telle chimère fait sens pour réaliser un combat de boxe.

J’ajoute que dans ce cas là il peut être important de poser un peu son attention sur la jonction entre les animaux pour rendre cela progressif. Dans mon cas, si ce n’était pas progressif je portais trop d’attention sur les parties du corps séparément et j’en oubliais alors la posture globale du corps.