Avant de plonger au cœur de ma pratique, commençons avec du recul ! En mon sens, ma pratique se définit autour de deux grands mouvements. Le premier est de percevoir tandis que le second est d’assouplir. En articulant ces deux actions, l’objectif est de rechercher et de construire le meilleur soi qu’il pourrait exister.

Mais qu’est ce que ce “meilleur soi” ? C’est un état dans lequel nous sommes sans aucun conflit intérieur. L’important est de signifier que ces conflits peuvent exister mais ne seront ni permanents ni destructeurs. Alors il existerait une infinité de situations sans conflits intérieurs. Pour moi le “meilleur soi” se détache des autres possibilités car il a pour but d’être la meilleure solution pour nous. Comme d’habitude chez moi, il n’existe aucune solution unique; Chacun.e construira sa solution. 

Bref, rentrons dans le vif du sujet. La Perception se définit par bien plus que nos capacités sensorielles. C’est la découverte et la compréhension de notre Univers pour se familiariser avec. En allant rencontrer chaque éléments qui existent, nous nous ouvrons à mieux les connaître. De cette manière, en nous entraînant à rencontrer notre environnement, il nous est bien plus aisé d’être aligné avec lui. Prenons un exemple simpliste, imaginez vous dans une salle avec une dizaine de personnes. Certain.e.s personnes vous apprécient et d’autres vous détestent. Votre temps sera bien plus désagréable si vous êtes incapable de percevoir le point de vue de chacun.e. Ne pas être à l’écoute de son environnement c’est s’aventurer les yeux fermés dans la forêt, tôt ou tard vous allez vous prendre une racine ! Finalement la perception c’est rechercher à être familier avec notre Univers pour y exister plus en paix.

Après avoir présenté l’essence de la perception nous pouvons nous rendre compte qu’il existe deux mouvements. Le premier est vers l’intérieur. Dans ce cas, il est question d’être à l’écoute de soi-même; Que ce soit notre corps, nos pensées, nos émotions… D’autre part, il existe la perception vers l’extérieur. Ce mouvement encourage à être à l’écoute de notre environnement. Nous retirons notre regard de nous même pour observer les gens, leurs intéractions, les objets, les animaux… 

En soit cette séparation est utile sur un plan technique; vous n’utiliserez pas les mêmes outils pour sentir en vous que d’être à l’écoute de votre environnement. Mais il est essentiel de noter qu’il n’existe pas de barrières nettes. L’environnement va nous impacter et inversement. Dans notre perception il est essentiel de garder cela en tête et de chercher à le sentir. Par exemple, quand vous parlez avec quelqu’un, comment cela vous fait sentir. Ses mots, sa position ont sûrement un impact sur vos pensées, vos objectifs, vos émotions…

En complémentaire à la recherche de perception il est important de pouvoir agir. Au fur et à mesure de nos expériences nous venons construire notre identité, notre fonctionnement… Ce processus est rarement conscient. Souvent il arrive que des éléments non souhaités viennent s’accrocher à nous ou nous impacter comme nous le souhaitons pas. Ce sont des choses comme des phobies, des croyances, des habitudes… A la fin nous nous retrouvons presque coincé.e.s ou bloqué.e.s par notre propre psyché. Combien de personne avez vous entendu dire des “à si seulement cela marchait comme cela!” ou “j’aimerai penser cela” … L’action recherchée ici est donc de retrouver de la liberté mentale. Alors oui vous ne pourrez peut être pas d’un coup devenir un.e géni.e ou changer du tout au tout. 

Mais comment retrouver cette liberté mentale ? Alors ici je ne vais proposer qu’une version succincte. L’idée est d’aller temporairement en dehors de soi et de ses habitudes pour y trouver des éléments qui nous aideront. Par exemple, cela peut s’apparenter à la lecture d’un livre où le personnage principal nous inspire. A ce moment-là nous pouvons choisir de nous inspirer de ce personnage pour ajouter sa capacité en nous. 

En fait, je ne sais pas s’il existe réellement une technique pour se libérer mentalement. Reprenons la capacité de percevoir. A force de perception nous finissons par découvrir comment nous sommes impacté.e.s par notre environnement; Mais surtout nous sentons à quel point notre organisation mentale ne tient pas à grand chose ! Une fois que nous avons senti ce potentiel en nous, il en devient presque naturel de pouvoir jouer avec cette liberté. Il n’est même pas question de trouver une conviction ultime, juste sentir que cela est possible. De cette possibilité vous pourrez réaliser quelques changements mentaux. Là vous pourrez percevoir que c’est encore plus possible. Et ainsi de suite, le moteur sera lancé.

C’est là dessus que je souhaitais insister, perception et souplesse mentale vont de pair ! Ces deux mouvements vont s’entraider pour vous aider à aller toujours plus loin. En vous familiarisant avec votre Univers et ses règles vous saurez mieux comment vous pouvez bouger en son sein. A l’inverse, en trouvant davantage de liberté mentale il vous sera possible de construire une perception plus détaillée et précise !

Après toutes ces présentations, je vais finir sur un parallèle pratique. Car je ne réinventerai pas la roue, des pratiques construites il en existe déjà. Par exemple, dans la recherche de perception, les pratiques méditatives sont d’excellents moyens. Aussi, les connaissances en psychologie ou des réflexions philosophiques, pourront vous être d’un grand aide lorsque vous chercherez à davantage comprendre et entendre. D’autre part, les pratiques hypnotiques sont un excellent tremplin pour développer la partie assouplir son esprit et trouver davantage de liberté. Puis autour de l’hypnose nous pouvons trouver des protocoles étudiés en psychologie ou même rencontrer celles et ceux qui nous entourent.

Car au final le point le plus central que ce soit dans l’acte de percevoir ou de modifier c’est de se nourrir de notre environnement ! Il est si étrange de penser pouvoir grandir en s’isolant. Autour de nous l’Univers bouge sans cesse. Au milieu de ce mouvement nous serions bousculés, retournés, questionnés… Il nous resterait juste à se munir de notre attention sur nous et autour de nous. Puis de la compléter avec la capacité de se nourrir de ce qui est à l’extérieur pour construire notre intérieur. Là, au milieu de tout le mouvement de l’Univers, nous serons équipé pour construire la meilleure version de nous !