Type your search keyword, and press enter

Place du politique

Le reste de mon blog est rempli de mon point de vue personnel. Mais alors ici, c’est bien pire ! J’écris ce qui provient de mon cœur et mon jugement sur le monde. Ma plume sera non-objective, remplie de biais, de mon expérience personnelle, de mes connaissances… Je dirai même que je rature ces lignes pour que vous ne soyez pas en accord avec moi. Jugez mes idées et forgez les vôtres !


J’aurai peut-être dû commencer par cet article, mais rattrapons cela maintenant ! Si nous devons absolument croire en l’existence de Thérapeuthe, alors ceux-ci devraient au moins être politisés. C’est à peu près tout ce que je voulais écrire. Je vais développer un peu plus tout de même.

Sortons un peu du cadre de la Thérapie. La technologie nous a apporté les voitures. Parfois celles-ci tombent en panne, à ce moment un mécano réalisera les réparations. Mais que se passe-t’il si une majorité de voitures du même modèle connaissent la même panne ?(oublions deux minutes l’obsolescence programmée s’il vous plaît) A ce moment nous exigerons que les ingénieurs conçoivent un nouveau modèle sans cette panne.

Nos Esprits sont ces voitures. Alors, quelle est la place des Thérapeuthes dans cette métaphore ? Ce sont les mécaniciens. Iels ont la mission de nous réparer individuellement. 

Pour répondre à l’interrogation de certain.e.s, oui même les Thérapeuthes qui font des séminaires pour le grand public. Iel sont à la rigueur comparable à un garage. Iels auront la capacité de réparer davantage de véhicules en même temps. (souvent avec une perte sur l’efficacité de la réparation indivuelle)

Mais il manque un l’élément fondamental qui les empêche de devenir des Ingénieurs. Beaucoup trop peu des Thérapeuthes cherchent a toucher aux causes des pannes. Je préfère le préciser, je critique le mouvement global, non pas les individus. Un.e Thérapeuthe existe pour soigner, pas pour remettre en question l’organisation humaine. Franchement, je perçois les Thérapeuthes comme des personnes en train d’écoper le Titanique. C’est peut être utile mais il en faudra des Thérapeuthes pour sauver le Titanique; Quelle perte d’énergie !

Bon ok, je vais être plus concrète. Thérapeuthes Untel a ‘appris à soigner’ le burn-out; Mais venir exiger une organisation du travail plus respectueuse, non quand même pas. Très cher Untel sait écouter et soutenir quelqu’un au bord du suicide; Pourtant aller confronter celleux qui abusent, écrasent et étouffent leurs patients, non quand même pas. Untel est dressé pour accompagner les gens à la sortie de l’addiction au tabac ou à l’alcool; Par contre, venir remettre en question la pression à la consommation, non quand même pas. 

Franchement j’ai presque du respect pour notre organisation humaine. Nous avons quand même réussi à instaurer au moins une centaine de milliers de Thérapeuthes? Ceux-ci passent littéralement toute leurs journées à constater que la société détruit de plus en plus de personnes et qu’iels ne seront jamais assez pour tout écoper. Pourtant il n’a existé aucun mouvement d’ampleur pour demander à réparer le Titanic. Imaginez quel impact pourrait avoir une mobilisation de la majorité des Thérapeuthes et de leurs patients… Il y aurait de quoi occasionner des cauchemars à tous les oligarques du monde…

Alors je ne veux pas forcément encourager une révolution populaire. Mais mon rêve reste inchangé, mettre tous les Thérapeuthes au chômage. Clairement cela n’arriverait jamais en poursuivant le fonctionnement actuel. Alors qu’à l’inverse si chaque patient.e.s Lambda et chaque Thérapeuthes Untel viennnent construire le monde de demain de sorte à ce qu’il soit tourné vers le bien être.

En fait, j’ai même l’audace de penser que ce ne sont même pas les Thérapeuthes qui construiront ce monde de demain, mais leurs patient.e.s. Les Thérapeuthes ne sont que le dénominateur commun actuel. C’est grâce à elleux qu’une impulsion nouvelle pourrait toucher chaque patient.e.s.

Chaque Lambda a vécu la maltraitance que propose notre système actuel. Alors si nous arrêtons de considérer que c’est normal (ou de juste s’indigner sans agir concrètement). Les individus pourront par leurs expériences témoigner de chaque malfonctionnement de notre organisation humaine. Ensuite, à travers une réflexion commune nous pourrons organiser le monde de demain. De cette manière chaque traumatisme, violence, souffrance, seront des impulsions pour qu’elles ne se répètent plus.

Si nous ne pouvons pas arrêter les violences actuelles, essayons au moins de ne pas les répéter au futur. Après si vous préférez continuer à écoper sans cesse la même fuite, et entendre des vécus similaires… Je continuerai à vous juger.

Thérapeutique

Le reste de mon blog est rempli de mon point de vue personnel. Mais alors ici, c’est bien pire ! J’écris ce qui provient de mon cœur et mon jugement sur le monde. Ma plume sera non-objective, remplie de biais, de mon expérience personnelle, de mes connaissances… Je dirai même que je rature ces lignes pour que vous ne soyez pas en accord avec moi. Jugez mes idées et forgez les vôtres !


Si il y a bien une croyance que j’ai abandonnée c’est celle du Thérapeute. Pourtant la logique paraissait si simple, presque enfantine. 

“Je ne vais pas bien alors je vais voir quelqu’un qui va me soigner. “

En partant de ce précept il paraît évident qu’il nous faut des Thérapeute compétents. Il sont alors entraînés et formés. Pour justifier leurs formation il faut de la recherche. Ensuite c’est un système qui s’auto justifie par sa propre existence. Mais qu’est ce que je lui reproche à ce système ? Simplement le fait qu’il crée de la dépendance et surtout un ascendant de pouvoir.

Suivons un exemple général. Mx Lambda vit une vie tout à fait normale. De ce fait il est proche de l’impossible que Lambda vive joyeusement, notre organisation humaine n’est pas élaborée dans ce sens. Allons bon, Lambda ne va quand même pas paraître faible, alors certain.e.s lambda tentent de garder la tête haute… Mais un beau jours cela devient trop pour Lambda. Son esprit essaye de s’accrocher mais il n’arrive plus à rester droit. 

Lambda nécessite une solution, sa recherche commence. Et là magique, Lambda se rappelle qu’il existe des gens formé.e.s pour l’aider. 

La formation est déjà un point sur lequel nous pourrions nous attarder. Mais d’un point de vue extérieur c’est presque la sainte justification de la capacité à soigner. Le pire étant que les Thérapeutes vont organiser des guerres de chapelles. C’est un grand jeu à savoir qui aura le plus de diplôme et sera lae plus légitime à soigner Lambda. Spécialisation, diplôme, reconnaissance de l’école d’étude, livres lus, séminaires suivis, exercice dans un grand hôpital… tout y passe pour montrer qu’on est mieux que son concurrent…

Ou sinon Lambda peut se rappeler que certains amis à lui on été suivi par Untel. Ses amies lui racontent alors comment Untel les a aidé, presque sauvé, comment iel est formidable… Ce n’est pas magnifique quand Untel a accompagné 50, 100, 200, 3000 personnes et les a toutes aidées à être épanoui.e.s (à croire que leurs réussite est assurée) !

Donc c’est bon Lambda est convaincu, Untel est la solution ! Par mes lignes très orientées vous pouvez deviner qu’il existe déjà un souci. Serais-je entrain de présupposer que les Thérapeuthe ont du pouvoir sur leurs patients ? Oui… Et cela avant même la prise du premier rendez-vous. Pour un Lambda au fond du trou, le Untel sera sa bouée de secours ! Untel aura beau parler de position basse, de “c’est le sujet qui a le pouvoir”, de “c’est vous avez votre solution en vous” etc… Son travail est défini par le fait de soigner Lambda… Son marketing est construit sur cet objectif. Untel s’est lui-même enchaîné à l’idée qu’iel est la solution de Lambda.

C’est peut être une appartée mais j’ai une question : “ Finalement l’aspect Thérapeuthique n’est-il pas comparable à un effet contextuel (aka l’effet placebo) ?” Nous avons vu que lae Thérapeuthe se markete comme ‘la personne qui va soigner’. De plus durant ses séances Untel va proposer toute une mise en scène. Quel que soit la pratique, il existe un dénominateur commun, Lambda va passer un moment complètement différent de ce qu’iel a l’habitude de vivre. Durant sa séance Lambda va être poussé à penser différemment sur son problème; Mais cela pourrait être attribué à tous ces éléments (questionnements, positionnement, passer une heure à parler de son soucis…). Est-ce vraiment la force de Untel qui a fait que Lambda a changé ? Si nous avions simplement choisi quelqu’un au hazard, marketé comme Untel, a écouter Lambda et lui poser des questions pour l’encourager à aller mieux. Cette personne au hazard n’aurait-elle pas des résultats en parties similaires ? Oui le protocole de double aveugle imposé aux médicaments ne peut pas être apposé aux Thérapeutes… Dommage…

Bref tout ça pour remettre un peu en question la légitimité de Untel dans sa Thérapie. Mais promis je développerai aussi tout mon avis bien biaisé sur les études et méthodologies utilisées pour soigner.

Bon reprenons, Lambda suis quelque séances et quelque chose se passe. Iel va l’attribuer au travail de Untel et donc réhausser encore plus. Waw Untel m’a aidé à y voir plus clair; Au moins dans ses séances je me sens mieux; Les séances avec Untel me font réfléchir, j’ai l’impression d’avancer ! C’est souvent là que nous commençons à observer Lambda s’ouvrir davantage à Untel. Lambda va alors lui parler de ce qu’iel n’a jamais dit à quiconque, iel va aussi attendre avidement les conseils de Untel. Et même si Untel ne donne pas de conseil, Lambda va faire de son mieux pour interpréter. Ainsi de simples questions seront perçues comme un argument pour poursuivre une relation perdue ou essayer un projet risqué… 

Message aux Thérapeuthes qui pensent pouvoir éviter ce type de compréhension en contrôlant chaque mot et suggestions : de un, attention votre désir de contrôle se vois un peu; de deux ne cherchait pas Lambda trouvera toujours quelque chose à interpréter tant qu’iel vous considérera suffisamment doués pour apporter sa solution.

A ce stade nous pourrons entendre Lambda raconter des “ma psy a dit” ou “ma psy pense que “ ou “il faut que je fasse ça, c’est mon psy qui le veux”… Félicitation à Untel, iel a réussi à tenir Lambda. Au final on se rends assez vite compte que lae Thérapeuthe devient un élément nécessaire et dépendant au bon rétablissement de l’autre. Là je pense qu’il est important d’ajouter ce petit détail que Lambda ne connaît rien à sa thérapie. Et oui c’est Untel qui sait et agit, Lambda écoute et suit les propositions, méthodes, conseils de lae Thérapeuthe… Il y a comme un petit déséquilibre de pouvoir. Juste assez pour à minima rendre Lambda dépendant.e et au pire occasionner des maltraitances (assez courantes dans ce type de relations…).

Mais Lambda finit rétabli, c’est le principal ? Bien sûr, c’est la fête, trop bien… Non ! Ce serait oublier quelque chose. Finalement ce qu’a appris Lambda de son expérience c’est que si iel a un problème, c’est Untel qui pourra lae sauver.

Et cela c’est dans le cas où les séances ont apporté une aide. Sinon Lambda aura gagné autre chose. En plus de revenir au point de départ avec ses difficultés, iel va devoir supporter une culpabilisation importante. Après tout, ce Untel s’est marketé comme lae meilleur dans le soin, si ça ne marche pas avec Lambda c’est vraiment qu’iel est si nul et va juste rester dans sa merde. (ou à la rigueur si iel a un peu de chance, un autre tour de manège l’attendra avec un autre Untel qui lui vendra la promesse d’être cellui qui lae soignera)

Puis dans le cas où Lambda aura mal vécu la prise de pouvoir de Untel; Disons que Lambda pourra juste aller pleurer chez ellui et considérer qu’il n’existera pas de solutions pour l’aider à aller mieux vu qu’Untel représente le courant de la Thérapie. (ou à la rigueur Lambda pourra considérer que non c’est juste la méthode de Untel et Lambda ira rencontrer Bidulle qui s’inscrit dans le même système mais se présente avec une technique différente)

J’ai envie de dire que les Thérapeute sont vaguement une possible solution. Mais des solutions de fortunes, celle qu’on choisit parce que de toute manière nous n’avons rien d’autre. Je ne veux plus croire en un Untel, un Bidulle ou tout autre thérapeuthe. Pourtant j’avais commencé mes études dans ce système ! J’aurai pu devenir Hypnologue, puis poursuivre avec des études de psychologie. Ça aurait été magique, j’aurai rejoint les rangs des Thérapeutes, youhou ! Bon au mieux j’aurai pu bénéficier d’un égo gonflé basé sur la croyance que Ma méthode aide des gens. Franchement j’ai d’autres aspirations que de gonfler une montgolfière d’égo.

Du coup maintenant que j’ai bien craché sur ce système, j’apporte quelque chose de constructif au moins ? Pour moi la solution serait de virer tous les Thérapeutes… Vu comme ça, c’est radical. 

En réalité je suis plus modérée, je souhaite juste que les Thérapeutes se retrouvent sans travail. N’est ce pas là l’aspiration aussi des Thérapeutes ? Si tout le monde n’avait plus besoin de sacro-saint Thérapeuts ce serait formidable, et pas si idéaliste que cela. Un monde où tout le monde irait bien ! Alors en vrai, non, plutôt un monde où tout le monde serait capable de se relever et reconstruire. 

Je pense qu’il est assez simple de les mettre au chômage technique. L’essence même serait de démocratiser les connaissances sur la psyché et son soin. Dans cet objectif il y a deux actions à mener :

La première serait de donner une place à des cours de cerveau dans les écoles. Personne ne nous a enseigné comment gérer un deuil, c’est un grand “démerde toi”… De même, je n’ai jamais trouvé quelqu’un expliquer aux enfants comment construire son identité, non qu’iels se débrouillent et finissent en crise existentielle… Nous pourrions apporter tellement de ressources qui serviront de socle pour une vie meilleure de nos futurs générations! 

Le deuxième pendant c’est apporter des aides au long de la vie d’un individu. Ah, ben alors il faut des Thérapeutes! Non! L’essence de cette aide se devrait dans la même lignée que les cours de cerveau à l’école. L’objectif est d’autonomiser, montrer à chaque Lambda qu’iel peut se construire ses solutions. Une solution qui permet d’aller mieux maintenant mais aussi qui lui permettra de faire face à des problèmes similaires.

Des idées il pourrait en exister plein. Par exemple, nous pourrions imaginer un système de bibliothèques de soins où le savoir serait accessible et vulgarisé. Dans ces lieux il pourrait exister des bibliothécaires psy. Chaque Lambda aurait la possibilité de dire ‘en ce moment j’ai ça qui ne va pas bien’ et lae bibliothécaires pourrait indiquer des rayons de ressources qui pourraient aider.

Nous pourrions aussi penser à de la pair aidance où celleux qui ont traversé ce que Lambda vit pourront échanger avec ellui pour qu’iel trouve ses solutions.

Des lieux de repos pourraient être une solution. Lae Lambda qui aurait des difficultés psychiques pourrait alors se rendre dans ces endroits. Là iel pourra se retrouver dans un environnement calme, ressourçant et encourageant pour pouvoir travailler sur ses soucis en paix.

Pour finir, revenons sur l’éducation. En tenant compte du deuxième volet il est possible de proposer des cours où il est expliqué ‘comment trouver les ressources qui nous sont nécessaires’ ou ‘comment s’organiser en groupe de pair-aidant’ ou ‘une brève introduction aux différentes connaissances sur la psyché pour faciliter les recherches futures’… En bref, anticiper les besoins de solliciter des solutions psychiques variées et faciliter leur accessibilité.

Vous remarquerez sûrement que sans surprise la solution proposée encourage une modification de notre organisation sociale. Et oui, ces articles sont là pour déployer une pensée politique, pas désolé. Mais restez et promis les prochains articles seront tout aussi politiques !

Ah et n’oubliez pas, ne soyez pas d’accord avec moi. Jugez mes idées et forgez les vôtres !